Copie the text and translate it into your langage
https://translate.google.fr

 

 

"L'art pour la pauvreté"

Ce projet émet l'hypothèse suivante: Chaque artiste en arts visuels au Québec devrait investir dans la banque d'oeuvre d'art comprise dans le projet. La forme d'investissement de la part de l'artiste se résume à faire un don de deux oeuvres. Une oeuvre ira à la banque et une deuxième sera vendue. Lisez le projet pour en savoir plus.

Cliquez sur la photo pauvreté le projet

 

Lettre d'encouragement du premier ministre du Québec François Legault envers mon projet l'art pour la pauvreté

lettre premier ministre


La fin du monde

Oeuvre récente 2022
fin monde

Texte d'accompagnement de l'oeuvre

Problème de gérance de l’art

Texte de JAM, artiste chercheur en arts visuels. https://www.jam.quebec

 

L’art c’est avant toutes autres considérations de la part de l’individu, une forme supérieure dans la conscience humaine.
Lorsqu’une société s’engage en art soit par une administration sous forme de programme culturel régit par un ministère, soit par un système de vente entre l’artiste et le marchand, soit par un système d’organismes subventionnés, soit simplement au niveau de l’éducation du peuple, il y a toujours une interférence provenant des individus qui détiennent le contrôle administratif qui perturbent par leurs besoins administratifs, le travail des artistes qui doivent amener l’art à un niveau inférieur de la conscience de l’art pour que cela fonctionne.

L’artiste qui fait passer l’art comme une élévation de l’âme est perdant dans ce marchandage parce que tous les individus autres perçoivent l’art comme une chose qui leur appartient au lieu de percevoir l’art comme étant une manière de s’élever spirituellement. Ils utilisent l’art comme un bien dont ils peuvent en retirer un profit pour eux-mêmes. La plupart des artistes qui considèrent l’art comme un bien qui leur appartient agissent en fonction de leurs profits individuels au lieu de considérer l’art comme une élévation de leurs propres âmes et en vendant leurs talents aux plus offrants, ils encouragent la médiocrité inscrite dans l’individu qui pense à lui même avant de penser à l’âme humaine qui je vous le rappelle est le fondement même de l’humanité. Sans cette élévation de l’âme nous ne sommes que des animaux intelligents qui fonctionnent sans âme. Un organisme vivant qui n’a pas d’âme n’est rien d’autre qu’une machine inutile.
Par cette perturbation, l’art se retrouve au même niveau inférieur de la conscience que toutes les marchandises offertes dans la pensée de la satisfaction de soi qui régit toutes les pensées humaines en ce moment.
L’individu est le problème spécifique à cette incapacité de comprendre le besoin de l’âme dans l’existence de l’humanité.
Pour que l’art existe il faut que l’individu se sacrifie personnellement afin de devenir un serviteur de l’art. Autant l’individu qui travaille en administration de l’art que l’individu qui construit l’art.
C’est un principe fondamental inscrit dans toutes les formes artistiques.
En ne tenant pas compte de ce principe, les individus perturbent la fonction de l’art dans l’humanité.
Ce constat est offert gratuitement à tous les individus qui ne se considère pas comme appartenant à l’art parce que l’art dans sa structure supérieure dépasse la médiocrité individuelle de la satisfaction de soi et que lorsqu’on se perçoit comme plus important que la conscience supérieure on demeure au niveau de la conscience inférieure.

Saint barth le 29 juillet 2022

 

Oeuvre récente 2022
maison

Texte d'accompagnement de l'oeuvre

La maison issue d'un rêve de jeunesse devient ici une récupération d'une sècheuse électrique qui nous a suivi dans nos déménagements depuis les quarante dernières années. La récupération est une manière que j'utilise en art pour soutenir l'idée de dénoncer le gaspillage éffréné dans l'empire du capitalisme.

Saint-Barth août 2022

 

 

Merci de votre visite