Michel Boisvert (JAM)

Artiste-chercheur en arts visuels au Québec

Portrait

Page web: https://www.jam.quebec

Courriel: michel@jam.quebec


Démarche artistique

 

 

03 décembre 2020   

La recherche en arts visuels est essentielle. Même si cette forme d’implication de l’artiste est mal connue pour ne pas dire n’est pas appréciée parce qu’elle ne permet pas de vendre ses œuvres, la recherche joue un rôle essentiel qu’on ne doit pas négliger surtout de la part des institutions qui privilégient plus facilement les artistes qui suivent un chemin tracé par le ministère et priorise ceux et celles qui suivent ce chemin. Quelques artistes utilisent la recherche en arts visuels comme  façon de faire de l’art, parce qu’ils sont supportés par une institution. Sans ce support peu d’artistes veulent expérimenter, faire des recherches, se faire dire que ce n’est pas de l’art, et n’être jamais accepté sur aucun concours impliquant un budget. La recherche n’est pas payante en art et la plupart des artistes préfèrent avoir un revenu provenant de l'exercice artistique qu'ils pratiquent. L'art subventionné est un domaine contingenté qui enrichi qu'une poignée d'artistes.   

Ce qui me motive particulièrement dans la recherche, c’est l’absence de compétition. La liberté de pensée par soi-même est essentielle pour mon genre d’esprit fouineur, interrogateur et aventureux.  L’autre aspect de la recherche en art, c’est le côté passionné de l’expérimentation qui m’emballe.  L’indépendance que procure cette façon de faire de l’art est favorable à ma pensée qui a besoin de beaucoup de temps pour réfléchir et la recherche m’offre ce temps si précieux pour découvrir. 
À travers différentes recherches, j’ai découvert qui je suis et pourquoi j’existe comme artiste. Le fait de mieux me connaître, me permet de regarder le comportement humain en le comparant à moi-même.  Les questions que je me pose dans telle ou telle autre situation m’offre ainsi une raison de creuser le contenu sur lequel je travaille.  Je découvre des choses qui ne sont pas apparentes et qui lorsqu’elles sont misent en contexte social fait du sens.  
Je chemine avec la recherche indépendante tout en espérant une ouverture d’esprit de la part des institutions qui sont souvent les décideurs de ce qu’est l’art sans tenir compte des besoins de l’art.  Ce qui importe à l’art c’est de communiquer. Mais lorsque la moitié du peuple est ignoré, mis de côté, incompris et que l’autre moitié est utilisée pour des ambitions de prospérité financière, l’art se retrouve l’enfant pauvre dans l’évolution de la pensée humaine.

Mes principales recherches ce sont fait en sculpture : https://www.jam.quebec/sculptures.html
En peinture au niveau du visage : https://www.jam.quebec/peintures.html
Mais également au niveau de la société sous forme d’interventions dérangeantes : https://www.jam.quebec/projetartpauvrete-investir.html

Mon objectif principal en tant que chercheur est celui de déranger les gens qui continuent de vivre dans le statu quo. Cette forme de pensée qui perdure comme confort moral, physique, économique est perturbante parce qu’elle est anti progression. Sans progression l’humanité s’éteint, elle se dessèche sur place.  C’est l’action de conquête qui apporte du renouveau mental qui oblige les humains à avancer vers leur avenir.

La recherche en art ne peut pas vivre dans un contrôle de l’état ou des multi nationales qui sévissent en tant que dictature sur les humains.
La recherche est un endroit d’émerveillement naïf  de la part de l’individu et doit donc aussi être un endroit de pensée libre dans les sociétés. Ici au Québec les chercheurs-res ont cette liberté. Moi je l’ai et je profite de ça en faisant de ma vie d’artiste une recherche continue.

Description

En fait pourquoi appeler ma démarche RECHERCHE? 

Pour moi il y a une grande différence entre composition et recherche même si les deux termes différent on a souvent l’impression que dans le résultat ça ce ressemble. Ce n’est cependant pas le cas. La composition fait référence à quelque chose de connu. Connu soit visuellement ou émotivement. Les émotions sont à la base de la composition. L’art provenant de la composition utilise les émotions comme un visuel de l’âme et les compositeurs se réfèrent à un genre de geste de mémoire émotive pour communiquer avec les autres à travers leurs œuvres visuelles.  La composition est la peau qui recouvre l’œuvre. C’est une décoration qui est fait avec plus ou moins de talent. Le talent est la base de la réussite.

La recherche n’a pas d’émotion en ce sens qu’elle n’en a pas besoin parce qu’elle navigue sur une onde de la pensée qui est différente de celle avec laquelle on vit. La recherche existe dans le superlatif de la pensée. La recherche explore ce qui n’existe pas.  La recherche est à la base de l’existence de la pensée.  

Le chercheur se construit un vocabulaire qui diffère avec chaque recherche. Le chercheur ne peut pas utiliser un vocabulaire qui est déjà utilisé pour quelque chose d'autre. Il doit inventer le vocabulaire de la recherche avec lequel il va naviguer dans l’inconnu. Le vocabulaire inventé fait partie du matériau qu'il utilise pour construire ses oeuvres.  

Souvent au départ de la recherche ce n’est qu’une impression qui met en route la recherche. Beaucoup de recherches n’aboutissent jamais parce qu’au départ l’impression n’était qu’une illusion. La vraie recherche débute lorsque l’impression ressentie se transforme en réalité affirmative.  

Si vous prenez le temps d’analyser une composition vous remarquerez un genre dans la composition. Certains appellent cela un style inhérent à une époque. Comme ça on reconnaît le genre ou le style appartenant à une époque de pensée parce que l’art commun si vous permettez cette expression est toujours lié aux époques de notre évolution. 

Dans la recherche il n’y pas de style ou de genre. Il n’y a pas non plus d’époque ou d’histoire. La recherche fonctionne sur un tout autre registre de pensée. En fait la recherche en art et particulièrement en arts visuels n’est pas de l’art au sens auquel on fait référence généralement. La recherche même si elle utilise un concept ne fait pas partie de l’art conceptuel non plus.  

Pour comprendre ce que la recherche offre il faut constamment penser d’une autre manière que de la manière avec laquelle on existe. La recherche nous montre ce qui existe en dehors de notre jugement qui attribue aux choses des termes. Il n’y a pas de terme dans la recherche. On peut cependant nommer certaines choses appartenant à la recherche avec des termes connus mais cela n’a aucun sens en réalité puisque la recherche ne rempli pas cette fonction.  La recherche permet de découvrir pour avancer dans le temps d’une manière évolutive de la pensée.

Le chercheur, la chercheure est seule pendant toute sa vie parce qu’il, elle est rejetée parce qu’il, elle n’est pas conforme.



Pour traduire ce texte, copier et coller le dans https://translate.google.fr

Ou installer le logiciel de traduction suivant sur votre ordinateur: https://www.toucharger.com/macintosh/bureautique/traducteur/

Ou encore mieux utiliser avec Chrome le logiciel de traduction vocale suivant: https://speechlogger.appspot.com/fr/


Retour à la page principale